Archives pour la catégorie Articles

Se résigner ou s’abandonner à…?

facebook_1457381199042Se résigner désigne le fait d’accepter, sans protestation ni révolte, quelque chose de pénible, de fâcheux, qui paraît inéluctable – c’est la définition que donne le dictionnaire Larousse.

L’abandon désigne le fait de délaisser, de négliger ou de se séparer volontairement d’un individu, d’un bien ou de renoncer à un droit, selon la définition que l’on retrouve dans Wikipedia.

Vous arrive-t-il par moment d’être découragé et de vous sentir dans une impuissance telle que les deux bras vous tombent et vous vous sentez tellement découragé?

Vous pensez peut-être aussi que si vous laissez tomber la lutte et que vous ne faites que vivre votre moment présent, vous ne serez plus quoi faire?

Il s’agit peut-être seulement que vous avez toujours fonctionné seul et juste l’idée de demander de l’aide et du soutien vous donne la nausée?

BRRRRR, je ne sais pas trop… c’est peut-être cela : des fois oui et des fois non!!

Je sais, pas facile de vous voir aller et de constater que vous agissez dans la lutte pour passer à travers votre vie, pour traverser des épreuves difficiles, pour gagner votre vie, pour réussir à être heureux, pour obtenir un titre, pour faire vos preuves et surtout pour apprendre à devenir QUELQU’UN d’autre QUE VOUS.

On pense souvent que si on ne se bat pas, on est faible et on se résigne à subir dans notre vie. Vous savez, cesser le combat est un moyen de commencer à sortir de notre zone de résistance à la vie pour enfin donner de la place à la vie en nous. Être dans le combat fait en sorte que l’on attire des expériences, des situations, des personnes qui nous reflètent l’énergie dans laquelle nous sommes et donc si nous sommes avec nos gants de boxe on risque donc d’attirer des personnes et des situations pour se battre encore et encore…

Se rapprocher de notre essence, sortir de notre état de survie pour enfin se donner le doit de se connecter à notre véritable essence c’est commencer a vouloir sortir de la performance et des standards que l’on s’impose.

La voix de notre essence se trouve dans le fait que l’espace que l’on libère à donner plus de place à la vie et par le fait que l’on cesse de vouloir tout gérer et contrôler : cet espace fait place a plus de vie et plus d’amour pour soi.

Mais qu’est-ce qui vous rend si batailleur? Qu’est-ce qui fait que vous ne savez pas déposer vos gants de boxe pour cesser de vous battre et pour faire arriver du bon pour vous ?

3 stratégies pour vous abandonner à votre vraie nature

Stoppez-les, il faut, stopper, je dois donc faire, stopper, je dois répondre à des standards élevés pour me faire aimer et me faire accepter.

Dans le « il le faut » on retrouve toute la charge de l’obligation de répondre à des attentes externes et à être toujours mieux pour obtenir ce que vous voulez mais aussi ce que les autres attendent de vous. C’est une pression constante pour bien souvent agir en fonction des autres. C’est bien différent que de prendre la décision d’accomplir une vision et des rêves dans la conscience et dans votre plein pouvoir de ce que vous êtes réellement.

Se donner le droit de… oh là là que c’est pas toujours facile et pas toujours au rendez-vous! Se donner le droit d’agir comme bon vous semble, selon vos idées et selon ce que votre cœur et votre âme réclame est bien loin de s’oublier pour les autres.

Combien de fois avez-vous dit « oh non, je ne peux pas dire non à une personne parce qu’elle m’a tellement donnée auparavant » et vous ne pouvez pas refuser car vous vous sentez en dette. Combien de rendez-vous manqués avec vous-même pour préférer répondre aux attentes des autres.

Se donner le droit de…. c’est se donner la permission d’être, malgré la culpabilité qui peut parfois est présente malgré la peur de déplaire aux autres.

C’est aussi apprendre à accepter que vous n’êtes pas parfait et parfaite. Ah! On la connaît tous celle-la mais est-ce que nous savons y faire? Se montrer indulgent envers soi n’est pas inné pour bien des gens. Apprendre à devenir doux c’est considéré comme si on pense trop à soi, c’est souvent aussi perçu comme un geste égoiste de notre part.

Devenir bon et accepter que vous avez vos limites, que vous pouvez vous permettre de pleurer, rire, d’être en colère et se permettre aussi de l’exprimer est un sacré pas pour vous abandonner à devenir votre vraie nature sans sentir que vous devez vous résigner à être quelqu’un d’autre et jouer le jeu pour vous faire aimer à tout prix.

Je suis toujours très heureuse de lire vos commentaires et de partager avec vous.

PS :  Petit service à vous demander, si vous pensez que cet article peut venir faire la différence dans la vie de votre entourage, partagez SVP.

Merci!

Comment prenez-vous votre place?

11898678_1007298789291255_3811833755337138796_nÊtes-vous du genre à laisser les autres décider?

Est-ce que vous avez peur de prendre votre place parce que toutes les lumières et les spotlights vont être dirigés sur vous?

Ou bien…

Vous êtes à penser que votre opinion et vos idées valent pas grand-chose et préférez vous taire au lieu d’affirmer votre point de vue?

Humm, je connais la chanson car dans le passé je vivais et étais dans ce mode de pensées. Je croyais que me faire toute petite sans prendre trop de place aiderait aux situations.

J’ai été longtemps à vivre dans l’ombre des autres.

Seulement, aujourd’hui, mon évolution m’a permise d’apprendre que ce n’est pas toujours un moyen efficace et pour être capable de sortir du cercle « j’ai peur donc je me renferme et, par la suite, j’ai encore plus peur donc je continue à m’enfermer pour me protéger » et ainsi de suite.

Avant que je ne prenne confiance et assurance pour mettre mes limites j’ai fait quelques expériences, disons-le ainsi!

Et vous :

Comment pensez-vous que vous prenez votre place?

Comment réagissez-vous quand vous vous sentez non respecté?

Comment mettez-vous vos limites?

3 façons d’être plus à l’écoute de vos réactions pour vous permettre de voir plus clair dans des situations qui demandent de vous affirmer.

Allez-vous au combat?

Il est possible pour vous aider à franchir des peurs et à vous aider à aller de l’avant de choisir d’aller au front : c’est comme aller au champ de bataille. J’ai un exemple : Vous êtes au supermarché et la personne à l’arrière de vous ne respecte pas votre espace et prend beaucoup de place alors votre façon est de tout de suite dire à la personne de se tasser car elle empiète sur votre espace. Il peut avoir à ce moment des tensions et il se peut aussi que l’autre personne ne soit pas toujours super réceptive et à ce moment-là des tensions s’installent et parfois quand les deux personnes sont bouillonnantes et bien les résultats ne sont pas toujours jojo!

Moi, je fly

Il y a aussi la façon de fuir les situations au lieu de les affronter par peur de déplaire et par peur de prendre votre place. Vous choisissez alors de vous éloigner et d’éviter ces situations, ou bien, de refouler en vous ce qui vous dérange. Si on prend l’exemple du supermarché, au lieu de réagir par la confrontation vous réagissez en disant : c’est pas grave, je m’en vais et je ne reverrai plus cette personne. La fuite est un moyen d’acheter la paix mais de cette façon on ne règle jamais rien et l’autre ne sait pas que vous n’êtes pas content. Il voit, par contre, une personne qui est toujours en fuite et qui prend la poudre escampette à tout bout de champs.

Je fige

C’est ce que l’on appelle ici le statu quo, vous connaissez? Eviter de prendre des décisions, ne rien faire et observer la situation et attendre que tout se calme et ensuite on continue. Le statu quo est un moyen de rester figer et effectivement tout fige et rien ne bouge. C’est un moyen que l’on adopte pour éviter de trop faire des remous et de cette façon en prend pas trop de place et notre vie continue ainsi. Seulement, si on continue avec l’exemple plus haut, le comportement de la personne nous dérange et on fait comme si… tout est ok. Bien souvent on est tellement habitué de faire comme si… qu’on ne sait même pas que cette situation dérange et que les gens nous manquent de respect. Ce qui continue le cercle de « je prends pas trop de place car avec ce moyen je réussis aussi à acheter la paix ».

Peu importe la façon que vous avez adopté, de faire face à du non-respect et à des situations qui demandent de vous affirmer, il y a un dominateur commun qui est la difficulté d’exprimer à l’autre vos limites, votre opinion pour vous permettre de reprendre du pouvoir dans votre vie.

J’aime beaucoup lire vos commentaires et je suis très heureuse d’y répondre.

Comment vais-je réagir à sa présence?

first flower 1Comme sujet de deuxième article j’avais le goût de vous partager un autre événement qui a changé ma vie, qui a bouleversé bien des recoins de mon cœur et que beaucoup de femmes connaissent et dont plusieurs ont vécu en silence. Je parle ici de la perte d’un enfant avant terme et très bien connu sous le thème de fausse-couche.

Très jeune, la vie m’a appris à vivre le détachement mais aussi à faire face à la perte d’un être qui vivait au sein de moi et que je n’ai jamais eu la chance de connaître.

C’est à l’âge de 20 ans que j’ai mise au monde mon fils nommé Jonathan. Mon fils, à tout près de 5 mois de grossesse, a cessé de vivre et j’ai donc évidemment dû accoucher d’un enfant mort-né. Toute une épreuve dans la vie de la jeune femme que j’étais que de mettre au monde un enfant que j’aurai jamais la chance de voir grandir.

Bien des femmes vivent la perte d’un enfant avant terme et c’est un événement dans la vie d’une femme qui vient bousculer tellement d’émotions. Je me rappelle que j’avais beaucoup de peine de perdre cet enfant et me sentais seule à vivre cette perte.

Tout de suite après avoir accouché de cet enfant, on me demande « est-ce que vous voulez voir votre fils madame Courchesne? ». Ma première réaction a été d’avoir une grande peine mais aussi je me demandais, à l’idée de voir cet enfant si petit et sans vie, comment j’allais réagir. La réponse du personnel de l’hôpital fut de me conseiller de le voir et le toucher pour mieux faire mon deuil.  Avec conseils et plein d’amour de la part du personnel pour me soutenir, j’ai accepté de voir ce petit bout de vie. Il était si minuscule et à la fois tout prêt à faire face à la vie qui l’attendait.  Si la vie en avait décidé autrement. Tout était petit et tout était très bien définit. Cet être de chair avait décidé que son chemin était terminé. Nous avons donné un nom à cet enfant et Jonathan était le nom qui m’est venu spontanément.

Jonathan le Goéland comme dans Jonathan Levingston. 

Un bref passage porteur de grandes leçons.

Je ne peux pas avoir vécu cette épreuve de vie sans avoir été touchée au plus profond de mon être. Je ne peux avoir vécu cette perte sans en retirer de grandes leçons pour ma vie car c’est ce qui fait de moi la femme que je suis aujourd’hui. À travers cette douleur, je me suis relevée et je me suis mise à la recherche d’un nouveau sens à tout cela. Cette expérience peut laisser de grandes marques si on ne prend pas le temps de guérir et de prendre soin de soi. Il est vrai que j’ai pleuré cet enfant pendant bien longtemps seulement, le désir de partager la vie a toujours été bien vivant en moi. Cette leçon a été d’apprendre très jeune que la vie est fragile, que la vie est tellement grande malgré la petitesse et qu’au-delà de l’absence de sa présence Jonathan est venu m’enseigner de grandes vérités à commencer par celle d’accepter qu’il en soit ainsi.

Et, aujourd’hui, je suis heureuse d’accompagner des femmes qui désirent retrouver confiance en elles après avoir vécu des épreuves de vie afin de regagner en pouvoir personnel.

Commencez par le premier pas et prenez la décision de vous choisir : je vous invite à passer 30 minutes gratuites avec moi si vous avez le désir, comme moi suite à cet expérience, de commencer à prendre soin de vous!

Je suis très heureuse d’avoir vos commentaires et impatiente de pouvoir partager avec vous.

Comment croire au bonheur après un coup dur?

rainbow-1254481Si vous êtes comme moi, vous devez avoir dit souvent, quand vous vous retrouviez au cœur même de la tempête qui sévissait dans votre vie, « il doit bien y avoir une vie plus facile pour moi » et vous vous êtes accrochée à l’espoir qu’un jour le mal que vous ressentez en dedans de vous disparaîtrait pour laisser la place au bonheur et à la paix. Depuis ce jour, vous aspirez à ce que la vie à de plus grand pour vous et vous aspirez à une meilleure  version de vous, n’est-ce pas? Seulement, comment croire au bonheur quand il existe une différence entre ce que vous vivez et ce en quoi vous aspirez?

Comment croire que la vie ne vous oublie pas quand les changements tardent à arriver?

3 stratégies pour croire au bonheur

    1. Laisser le passé derrière vous est un excellent moyen de laisser la place pour vivre l’amour dans le présent et à faire grandir cet amour. La souffrance d’une ancienne vie et les souvenirs s’y rattachant sont très souvent un FREIN ENORME à aller de l’avant et à croire qu’il est possible d’aimer et être heureuse après avoir vécu différents coups durs. C’est d’abandonner des pensées, des habitudes, des peines, qui peuvent refaire surface quand l’amour est à votre porte. Ce passé ne correspond aucunement à votre vie présent car il est seulement un souvenir, un rappel. Cependant, il vient vous faire douter de vos actions. Je crois que ce passé agit à titre d’indicateur et on peut s’en servir comme baromètre pour être capable de se situer par rapport à votre vie d’aujourd’hui. Il vient indiquer si vous êtes encore à la même place et si, au contraire, vous évoluez et si vous êtes alignée avec vos nouveaux choix. C’est à vous demander quand ce passé vient vous rendre visite… Ce rappel de ma vie vient-il m’aider à avancer ou bien il vient m’alourdir? Suis-je avec les mêmes personnes de ce passé douloureux où bien suis-je avec d’autres personnes qui me font vivre des événements me rappelant ce passé ? Voilà toute une différence!
    2. Se libérer des croyances qui viennent mettre un frein pour aller de l’avant parce qu’aujourd’hui vous êtes une autre personne et vous avez fait du chemin pour oser y croire encore à ce bonheur. C’est un ménage de votre système des valeurs car on souffre bien souvent parce que l’on croit en dedans ne correspond plus à ce à quoi on aspire aujourd’hui.  Vous avez appris à correspondre à ce que les autres attendaient de vous, à être bonne et fine pour les autres, à donner pour recevoir en retour et maintenant vous êtes ailleurs. Vous en êtes à donner plus de place à votre propre valeur et par le fait même, à devenir une personne qui vit davantage en fonction de ces propres croyances.Croire au bonheur après un coup dur c’est se donner le droit de faire taire la voix des autres pour faire grandir votre propre voix.
    3. Arrêtez d’essayer quand rien ne fonctionne! Avez-vous remarqué quand vous voulez que quelque chose se passe comme vous le désirez et quand vous vous acharnez à tout prix à ce que les choses et les événements se passent à votre façon et comme résultats, le peu de réussite et votre sentiment d’être heureuse n’est pas comblé?  Et cela demande tellement d’énergie et d’ardeur de votre part n’est-pas? Et si vous êtes dans une situation qui coule et dont tout est facile, voyez combien la facilité est au rendez-vous et regardez comment vous vous sentez libre et plus en paix. C’est déjà un indicateur qui vous signale que vous vous éloignez de la paix et par le fait même, du bonheur, car se battre pour obtenir ce que vous voulez et faire que les choses avancent avec des complications et de la douleur est un bon moyen de voir qu’il y a quelque chose qui cloche.

      Un des premiers pas pour faire grandir ce bonheur dans votre vie est bel et bien d’arrêter d’attendre à ce que les choses soient comme vous le voulez, c’est déjà une preuve que vous vous éloignez de la facilité et du bonheur de vivre.

      Mais la vrai question  est : est-ce que le jour où le bonheur frappera à votre porte vous lui direz OUI où vous allez vous laisser aspirée par votre passé douloureux et lui fermer la porte à jamais?

Bien curieuse d’avoir vos réponses et très contente d’y répondre!


 

Si vous êtes de celles qui a besoin d’un coup de pouce pour voir plus clair après un coup dur.

Si vous ne savez même plus qui vous êtes?

ET

Si vous savez encore moins ce que vous voulez….

Et bien je vous offre la possibilité de passer 30 minutes gratuites avec moi, pour découvrir la différence entre ce que vous vivez et ce en quoi vous aspirez.

Ce que coûtent vos saboteurs dans votre vie.

Visualisez votre vie idéale, votre vie tant rêvée.

Réservez votre séance découverte gratuite!

5 places disponibles par mois.

Comment savoir si vous tournez en rond?

happy-1-1238827J’admire les personnes qui sont capables de prendre des décisions de façon rapide et d’être aussi capables de pas avoir peur d’aller de l’avant. J’aime beaucoup m’inspirer de ces gens car elles sont en pleine expansion et n’attendent pas que la vie amène l’abondance. Ces personnes ne tiennent aucunement les autres responsables de leurs résultats car elles sont dans leur pleine responsabilité et dans leur plein pouvoir de création et de réalisation. Ces personnes se voient comme de grandes créatrices de tout ce qu’elles pensent et touchent et par le fait même donnent courage et espoir aux gens qui les entourent. Avez-vous de ces personnes autour de vous? Est-ce que vous savez vous entourer de ces personnes qui inspirent à devenir meilleur et à cesser d’attendre que tout vous tombe du ciel? Souvent, malgré votre bonne volonté, vous êtes figée par le poids que vous avez sur vos épaules de toujours ressasser la  « même » sauce et revivre les mêmes situations.

3 moyens pour y voir plus clair

Êtes-vous du genre à ne pas vous sentir à la hauteur de la situation? Est-ce que vous hésitez de passer à l’action parce que vous vous dites « je ne réussirai surement pas et je n’ai pas tous les prérequis pour l’emploi, il me manque des notions pour réaliser tel ou tel projet »? Pour bien des gens, ce sentiment de ne pas être assez compétent est très fréquent. Vous voyez le travail pour arriver à atteindre vos buts et vos rêves tellement gros et difficile que c’est bien assez pour démissionner du projet et de rester à la même place et de ne rien changer. Ne pas se sentir à la hauteur vous fige et repousse votre passage à l’action. Plus vous vous sentez moindre, plus vous vous éloignez de votre but à atteindre.

Vous devez sentir aussi souvent que pour éviter de faire des vagues et pour être accepté et aimé vous devez vous conformer aux autres, à la société, à la famille et vous devez endosser des normes tant professionnelles que personnelles pour éviter de déranger et de défaire des structures. C’est surement un sentiment que vous avez connu ou bien que vous connaissez à certains moments?  Essayer de faire comme si tout va bien et comme si tout est ok est bon, même tolérable pour un certain temps mais essayer de plaire aux autres pour X raisons n’est payant qu’à court terme car il permet de calmer le jeu mais à quel prix? C’est un des points à considérer quand on veut décider de sortir d’une situation qui demande de suivre les rangs de « je fais comme tout le monde » vous étouffer votre voix à l’intérieur de vous.

Il y a aussi : « je me compare aux autres » – ah ce sentiment de comparaison, tellement pas facile de prendre le dessus sur lui! Il nous tient en otage et nous garde les deux pieds à la même place. Vous devez connaître la sensation de se faire comparer aux autres par vos agissements qui sont différents et aussi par votre pensée différente? Disons que cela arrive quelques fois n’est-ce pas? Or, se comparer aux autres est, à mon avis de l’auto-punition que l’on s’impose. C’est d’oublier que vous avez vos propres pensées, vos propres actions, vos propres jugements et tout cela fait de vous une PERSONNE UNIQUE. Vous ne serez jamais parfait pour la personne qui vous juge et cesser de se comparer est aussi de faire grandir votre confiance pour supporter votre décision d’arrêter de tourner en rond.

Comme vous voyez on peut bien déceler le fait que l’on tourne en rond et que l’on hésite avant de prendre telle ou telle décision mais est-ce que cela est plus facile pour autant? Je ne crois pas car il est aussi très important, quand on prend la décision d’aller de l’avant, de prendre aussi la décision de prendre soin de soi. Et cela est un aspect qui est négligé très souvent dans le processus car il vient renforcer l’estime personnelle. Il ne sert à rien de s’apitoyer, de se comparer et de ne pas se sentir à la hauteur car tout cela est un frein à votre évolution.

J’aimerais avoir vos commentaires et je suis déjà heureuse de vous lire et encore plus d’y répondre.

Pourquoi est-ce difficile de trouver la motivation de changer?

desert-road-1537795Avez-vous déjà connu des personnes ou rencontrer des gens qui s’attirent les mêmes situations et sont constamment en présence de circonstances qui les font souffrir et revivre les mêmes émotions négatives? Vous devez en connaître n’est-ce pas?

Nous entendons des commentaires de personnes qui jugent sévèrement les femmes qui retournent avec un conjoint violent et retournent vivre encore les mêmes patterns de vie. Vous savez le genre de réflexion qui dit « Et bien elle en a pas encore assez vécu » ou bien  « Elle doit aimer cela ». Vous savez, le genre de commentaire assassin.  Et oui, je suis certaine que vous connaissez!

Soyez assuré, je ne ferai pas le procès de tous et chacun, loin de là mon but. Par contre, j’aimerais pousser la réflexion un peu plus loin à savoir : qu’est-ce qui fait que vous devez  souvent revivre les mêmes situations? Qu’est-ce qui vous bloque pour faire un passage à l’action? Et pourquoi est-ce si difficile de trouver la motivation de changer de pattern, de situation et de relation malgré l’inconfort et malgré la souffrance que vous vivez?

Une des raisons qui nous tient prisonnier(ère) est le confort bien installé. Malgré l’inconfort et le tiraillement intérieur causé par les déceptions, le manque de support et le fait de vivre dans la lourdeur, il y a l’hésitation de passer à l’action car bouger une sécurité bien installée – tant financière, matérielle et aussi une sécurité affective – peut être très néfaste par moment.  C’est « les deux pieds dans les chaussettes sur la porte du poêle ».   C’est de demeurer dans un confort connu et qui n’oblige pas à faire trop de changements.   On évite souvent les conflits en achetant la paix.     

On préfère une situation connue malheureuse plutôt qu’à une situation inconnue heureuse.

C’est aussi pour éviter de déplaire à notre entourage. Vous devez avoir entendu cette phrase qui dit « à la vie à la mort » donc si vous souffrez et que vous êtes malheureuse, vous devez  endurer votre état. C’est malheureusement ce que bien des gens expérimentent et c’est ce qui rend un passage à l’action très difficile car les croyances sont telles qu’il faut honorer nos engagements envers l’autre, la société et aussi la famille. Cependant, ce que je crois que en tant qu’humain est que nous évoluons, nous grandissons et attirons des personnes et des circonstances qui nous font faire des choix différents. Donc, ce qui était bon auparavant peut bien, à un moment précis, être complètement dépassé et ne plus convenir à notre évolution et nous permettre d’évoluer différemment.

Quand votre entourage vous coupe les ailes et que vous vivez dans un confort matériel qui vous empêche de voir un peu plus loin et bien on s’endort dans le « c’est pas si pire que ça » et le malheur c’est de couper notre pouvoir de création pour vous créer une vie différente. C’est d’étouffer un désir de vivre et de développer une vision plus grande pour vous. Vous savez, la vison que vous aviez quand vous étiez petite et dont votre voix disait « tu va réussir et la vie s’ouvre devant toi ». Vivre sous l’effet de « faire comme si tout va bien » est de s’oublier pour vivre une vie conventionnelle et aussi c’est de vivre dans l’ombre des autres. Développer une vision est se donner le droit de devenir le créateur de sa vie. Cela demande une bonne dose de courage pour décider d’aller vers de l’inconnu.

Ce qui vient ralentir le passage à l’action c’est aussi le manque de soutien dans les circonstances où tout semble incertain et où vous semblez que vous vous retrouvez seule à vivre les mêmes difficultés. Pour certaines personnes, l’isolement et le manque de soutien n’incite pas à trouver la motivation à aller de l’avant car à ce moment on ressasse les difficultés de long en large et c’est à ce moment précis que le mouvement de je tourne en rond dans ma vie est bien enclenché. Ce n’est pas une zone confortable car faire du sur place nous enlève de l’énergie, nous étourdie et nous fait aussi perdre confiance que oui c’est possible d’agir autrement.

Il se peut aussi que vous manquiez d’exemples de réussite ce qui ne valorise pas de trouver la motivation de vous sortir des situations car en réalité vous n’avez pas de références ni de modèles de réussite. Il est donc super important de s’entourer de personnes inspirantes et de gens qui eux aussi ont connu des périodes de vie où tout était sombre et qui ont réussit à donner une nouvelle direction à leur vie.

« Ce n’est pas ce que je dis qui importe mais bien ce que je fais. »

Vous savez, il y a un moment précis dans une vie où, à mon sens, on doit se poser les vraies questions et se donner le droit d’y répondre en toute honnêteté avec grande humilité. Il a un moment où vous ne serez plus capable de faire semblant. C’est à ce moment précis que vous ressentirez la déchirure, le tiraillement et même que vous entendrez votre voix vous dire : Tu n’es pas fatiguée de souffrir et d’être malheureuse dans ta vie? Si vous êtes à l’écoute à ce moment précis, l’hésitation et l’incertitude feront place à la motivation et la détermination.  Un élan et une poussée interne vous envahira pour vous brasser et pour vous amener à découvrir ce qui vous anime et vous fais VIBRER.

J’aimerais bien avoir vos commentaires et je suis déjà dans la joie de vous lire et d’y répondre!

SignatureSylvieCourchesne 

 

Sortez-vous des sentiers battus?

sunset-1561176Je ne sais pas si vous êtes comme moi. Pendant longtemps j’ai cru que je n’avais pas le choix dans ma vie. Je pensais que je devais me contenter de peu et que je ne pouvais pas demander davantage pour ma condition de vie.  Peu importe les raisons de l’époque, j’obtenais ce que les autres voulaient bien me partager et me donner. Et cela a fait de moi une personne qui était plus en retrait et dans l’attente.  Est ce que cela vous dit quelque chose?

Peut-être avez-vous vécu la même situation et a la même expérience de vie? Cependant, nous avons un réel besoin d’avancer, d’évoluer et sentir que l’on peut prendre des décisions et cela passe par notre capacité à faire des choix.

Je me suis souvent fait dire « tu n’a pas le choix, c’est ainsi et tu prends ce que la vie te donne ». Il y a aussi la phrase : « Cesse de penser à une vie plus facile, tu flotte sur un nuage rose. »

Est-ce que certains se reconnaissent? Je pense que pour beaucoup de personnes réfléchir à faire des choix différents et penser à vouloir plus pour sa vie c’est ingrat et même égoïste. Effectivement, j’ai moi-même pensé, quand je voyais certaines personnes décider pour leur vie, qu’elles étaient exigeantes. J’ai été invitée à en demander peu plutôt que de demander davantage car je passais pour une personne ingrate.

Aujourd’hui, tout a changé pour moi car j’ai décidé de prendre ma place davantage et cela passe par ma capacité à faire des choix qui sont différents d’avant et de mon entourage. Qu’est-ce qui fait qu’un jour on décide que STOP, c’est fini les anciens patterns et aujourd’hui je fais des choix différents? Si je réfléchis cela s’est fait sur plusieurs années et avec plusieurs expériences de vie pour me permettre de me connaître et faire des choix plus en résonance avec la femme que je suis aujourd’hui.

Tout commence par une décision

Il est faux de penser que pour changer et aller de l’avant dans sa vie tout vous tombe du ciel et que tout arrive par miracle. Vous voulez plein de choses positives dans votre vie, vous désirez avoir plus de facilité, vous voulez avoir plus d’argent et plus de confort seulement qu’est-ce que vous changez et qu’est-ce que vous décidez de faire pour modifier votre pensée et pour avoir des résultats différents?

Si vous restez dans le même milieu, avec les mêmes personnes, avec des pensées qui vous  limitent et vous font rester dans une énergie qui alourdie votre vie, et bien vous obtiendrez des résultats qui seront en résonance avec ce à quoi vous vibrez. Si, par contre, vous décidez de modifier des comportements, de porter attention à vos pensées et de devenir plus conscient de ce qui vous habitent en dedans, je crois que vous activez ce que la vie a de meilleur pour vous.

Pour faire des choix qui sont en résonance avec soi et plus en accords avec notre vraie nature, je crois qu’il est fondamental de se consacrer du temps de qualité et ce, à chaque jour. Oui oui, je sais, cela demande du temps! Non seulement vous prenez une pause dans votre vie et à chaque jour mais aussi vous vous donnez la chance d’aller écouter votre petite voix. Vous savez cette voix qui parle mais qui très souvent on n’écoute pas par crainte de ce que l’on va entendre.

Faire de nouveaux choix de vie c’est aussi de faire la liste « des j’pus capable ». Qu’est-ce qui vous rend à bout dans votre vie? Qu’est-ce qui vous empêche de dormir la nuit et vous prend de l’énergie à en avoir de la difficulté à vous concentrer et à réaliser de simples tâches au quotidien? Oui, c’est exactement des « j’pus capable de » soit de supporter une relation, de vivre dans la tension et aussi de manquer de courage pour dire non à telle personne ou à telle situation.

C’est aussi se permettre d’aller explorer des avenues et des sentiers différents. C’est facile de vivre dans les sentiers battus, facile de vivre dans notre même routine et nos mêmes pensées, seulement, il est évident que prendre un nouveau virage peut parfois bousculer et dérouter. Faire de nouveaux choix de vie c’est aussi avoir la possibilité de faire de nouvelles expériences et de faire grandir notre estime personnelle à travers ces expériences de vie.

Décider de faire des choix différents c’est alléchant et très enivrant seulement, c’est un chemin que vous expérimentez un pas à la fois.  Faire des choix différents implique que vous devez laisser derrière vous des anciens patterns qui ne vous conviennent plus. Cela implique aussi de tourner le dos à des situations négatives en devenant de plus en plus conscient de votre pouvoir personnel.

Et vous est-ce que vous vous donnez le droit de faire des choix différents?

Curieuse de lire vos commentaires et d’y répondre.

Êtes-vous engagée à votre cause?

mission2J’ai été pendant bien des années engagée pour différentes causes, différents organismes et regroupements afin d’aider mon milieu et faire avancer certaines causes. J’étais une militante hors du commun, munie d’une énergie débordante et je suis du genre quand j’y crois rien ne m’arrête. J’ai adoré mon expérience, mais avec le temps et toute l’énergie que je donnais à tout le monde, et ce gratuitement, je négligeais ma vie personnelle, professionnelle et ma santé. C’est alors que j’ai pris une décision de commencer à penser à moi et apprendre à dire non aux requêtes des autres qui sont tout aussi alléchantes les unes des autres quand on veut y mettre l’énergie. Mais quand on décide de prendre cette énergie et ce temps investi pour les autres pour soi alors là, « ça change tout»

Et si je vous pose la question est-ce que vous êtes engagée à faire grandir votre vie et la femme que vous êtes? Est-ce que vous êtes prêtes à investir de votre temps pour faire évoluer cette femme et décider d’arrêter de donner à l’extérieur, mais plutôt vous donner ce temps à vous?

3 stratégies pour stopper les fuites

1-Définir ce qui vous motive à avoir autant d’élan et de générosité à donner aux autres pour étourdir votre vie dans l’action? Les motivations profondes à vouloir vous occuper des autres au lieu de penser à vous et à votre vie? Poser vous la question quand une nouvelle opportunité ou nouveau défit se présente à vous est-ce que cela va me donner des ailes ou bien je vais être encore dans la dynamique de je veux donner à l’extérieure pour des raisons qui sont bien souvent très louables, mais très souvent cela vient nourrir notre envie de se sentir utile et d’avoir de l’approbation et de l’amour extérieur.

2-Débarquer de votre égo qui veut vous mettre en avant plan et vous pousse à en faire davantage. Bien souvent les gens de notre entourage nous reconnaissent comme une personne avec un grand potentiel et une grande énergie, bon Dieu cela est bon pour l’égo! On aime être reconnue et aimée pour les qualités tant personnelles et professionnelles que nous avons et la vie met des gens sur notre route pour savoir si nous sommes solides avec notre décision d’engagement pour notre cause.

3-Un face à face avec vous- même va s’imposer dans le sens auparavant l’énergie investit à l’extérieur vous remplissait et vous permettait de carburer en étant dans l’action de donner. À partir du moment que l’on diminue la sortie d’énergie pour les autres et bien cette énergie demande à être investi ailleurs et ça demande un certain temps de pratique pour mettre fin à notre ardeur d’être dans le faire pour les autres et se recentrer sur soi.

Faire grandir la femme que vous êtes et vouloir faire des changements est primordial quand on veut cesser de tourner en rond et prendre un nouveau virage de vie. Un geste à la fois et un pas à la fois, car tout grand changement part de l’intérieur.

J’aimerais avoir vos commentaires

Sylvie Courchesne https://www.sylviecourchesne.com