Comment prenez-vous votre place?

11898678_1007298789291255_3811833755337138796_nÊtes-vous du genre à laisser les autres décider?

Est-ce que vous avez peur de prendre votre place parce que toutes les lumières et les spotlights vont être dirigés sur vous?

Ou bien…

Vous êtes à penser que votre opinion et vos idées valent pas grand-chose et préférez vous taire au lieu d’affirmer votre point de vue?

Humm, je connais la chanson car dans le passé je vivais et étais dans ce mode de pensées. Je croyais que me faire toute petite sans prendre trop de place aiderait aux situations.

J’ai été longtemps à vivre dans l’ombre des autres.

Seulement, aujourd’hui, mon évolution m’a permise d’apprendre que ce n’est pas toujours un moyen efficace et pour être capable de sortir du cercle « j’ai peur donc je me renferme et, par la suite, j’ai encore plus peur donc je continue à m’enfermer pour me protéger » et ainsi de suite.

Avant que je ne prenne confiance et assurance pour mettre mes limites j’ai fait quelques expériences, disons-le ainsi!

Et vous :

Comment pensez-vous que vous prenez votre place?

Comment réagissez-vous quand vous vous sentez non respecté?

Comment mettez-vous vos limites?

3 façons d’être plus à l’écoute de vos réactions pour vous permettre de voir plus clair dans des situations qui demandent de vous affirmer.

Allez-vous au combat?

Il est possible pour vous aider à franchir des peurs et à vous aider à aller de l’avant de choisir d’aller au front : c’est comme aller au champ de bataille. J’ai un exemple : Vous êtes au supermarché et la personne à l’arrière de vous ne respecte pas votre espace et prend beaucoup de place alors votre façon est de tout de suite dire à la personne de se tasser car elle empiète sur votre espace. Il peut avoir à ce moment des tensions et il se peut aussi que l’autre personne ne soit pas toujours super réceptive et à ce moment-là des tensions s’installent et parfois quand les deux personnes sont bouillonnantes et bien les résultats ne sont pas toujours jojo!

Moi, je fly

Il y a aussi la façon de fuir les situations au lieu de les affronter par peur de déplaire et par peur de prendre votre place. Vous choisissez alors de vous éloigner et d’éviter ces situations, ou bien, de refouler en vous ce qui vous dérange. Si on prend l’exemple du supermarché, au lieu de réagir par la confrontation vous réagissez en disant : c’est pas grave, je m’en vais et je ne reverrai plus cette personne. La fuite est un moyen d’acheter la paix mais de cette façon on ne règle jamais rien et l’autre ne sait pas que vous n’êtes pas content. Il voit, par contre, une personne qui est toujours en fuite et qui prend la poudre escampette à tout bout de champs.

Je fige

C’est ce que l’on appelle ici le statu quo, vous connaissez? Eviter de prendre des décisions, ne rien faire et observer la situation et attendre que tout se calme et ensuite on continue. Le statu quo est un moyen de rester figer et effectivement tout fige et rien ne bouge. C’est un moyen que l’on adopte pour éviter de trop faire des remous et de cette façon en prend pas trop de place et notre vie continue ainsi. Seulement, si on continue avec l’exemple plus haut, le comportement de la personne nous dérange et on fait comme si… tout est ok. Bien souvent on est tellement habitué de faire comme si… qu’on ne sait même pas que cette situation dérange et que les gens nous manquent de respect. Ce qui continue le cercle de « je prends pas trop de place car avec ce moyen je réussis aussi à acheter la paix ».

Peu importe la façon que vous avez adopté, de faire face à du non-respect et à des situations qui demandent de vous affirmer, il y a un dominateur commun qui est la difficulté d’exprimer à l’autre vos limites, votre opinion pour vous permettre de reprendre du pouvoir dans votre vie.

J’aime beaucoup lire vos commentaires et je suis très heureuse d’y répondre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *