Comment vais-je réagir à sa présence?

first flower 1Comme sujet de deuxième article j’avais le goût de vous partager un autre événement qui a changé ma vie, qui a bouleversé bien des recoins de mon cœur et que beaucoup de femmes connaissent et dont plusieurs ont vécu en silence. Je parle ici de la perte d’un enfant avant terme et très bien connu sous le thème de fausse-couche.

Très jeune, la vie m’a appris à vivre le détachement mais aussi à faire face à la perte d’un être qui vivait au sein de moi et que je n’ai jamais eu la chance de connaître.

C’est à l’âge de 20 ans que j’ai mise au monde mon fils nommé Jonathan. Mon fils, à tout près de 5 mois de grossesse, a cessé de vivre et j’ai donc évidemment dû accoucher d’un enfant mort-né. Toute une épreuve dans la vie de la jeune femme que j’étais que de mettre au monde un enfant que j’aurai jamais la chance de voir grandir.

Bien des femmes vivent la perte d’un enfant avant terme et c’est un événement dans la vie d’une femme qui vient bousculer tellement d’émotions. Je me rappelle que j’avais beaucoup de peine de perdre cet enfant et me sentais seule à vivre cette perte.

Tout de suite après avoir accouché de cet enfant, on me demande « est-ce que vous voulez voir votre fils madame Courchesne? ». Ma première réaction a été d’avoir une grande peine mais aussi je me demandais, à l’idée de voir cet enfant si petit et sans vie, comment j’allais réagir. La réponse du personnel de l’hôpital fut de me conseiller de le voir et le toucher pour mieux faire mon deuil.  Avec conseils et plein d’amour de la part du personnel pour me soutenir, j’ai accepté de voir ce petit bout de vie. Il était si minuscule et à la fois tout prêt à faire face à la vie qui l’attendait.  Si la vie en avait décidé autrement. Tout était petit et tout était très bien définit. Cet être de chair avait décidé que son chemin était terminé. Nous avons donné un nom à cet enfant et Jonathan était le nom qui m’est venu spontanément.

Jonathan le Goéland comme dans Jonathan Levingston. 

Un bref passage porteur de grandes leçons.

Je ne peux pas avoir vécu cette épreuve de vie sans avoir été touchée au plus profond de mon être. Je ne peux avoir vécu cette perte sans en retirer de grandes leçons pour ma vie car c’est ce qui fait de moi la femme que je suis aujourd’hui. À travers cette douleur, je me suis relevée et je me suis mise à la recherche d’un nouveau sens à tout cela. Cette expérience peut laisser de grandes marques si on ne prend pas le temps de guérir et de prendre soin de soi. Il est vrai que j’ai pleuré cet enfant pendant bien longtemps seulement, le désir de partager la vie a toujours été bien vivant en moi. Cette leçon a été d’apprendre très jeune que la vie est fragile, que la vie est tellement grande malgré la petitesse et qu’au-delà de l’absence de sa présence Jonathan est venu m’enseigner de grandes vérités à commencer par celle d’accepter qu’il en soit ainsi.

Et, aujourd’hui, je suis heureuse d’accompagner des femmes qui désirent retrouver confiance en elles après avoir vécu des épreuves de vie afin de regagner en pouvoir personnel.

Commencez par le premier pas et prenez la décision de vous choisir : je vous invite à passer 30 minutes gratuites avec moi si vous avez le désir, comme moi suite à cet expérience, de commencer à prendre soin de vous!

Je suis très heureuse d’avoir vos commentaires et impatiente de pouvoir partager avec vous.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *